Premiere essai en Afrique – Comment utiliser un autocuiseur et comment cela fonctionne

English, Español, Français, 日本語

Shu Shuuuu Shu Shuuuu Shu Shuuuu! Shu Shuuuu Shu Shuuuu Shu Shuuuu!

C’est quelque chose que nous rappelle son familier comme celui d’une locomotive, beaucoup de gens la connaissant mais à la fois n’osent toujours pas s’approcher.

C’est un autocuiseur.

Bien que tout le monde sache de certaine manière que cela est utile, j’imagine que nombreuses personnes ne savent pas quand et comment l’utiliser, ne veulent pas l’utiliser car c’est dangereux, ou ne trouvent pas la valeur ajoutée par rapport à un pot normal moins cher et plus léger (j’étais exactement comme ça jusqu’à il y a deux semaines).

Par conséquent, dans cet article, avec l’exemple de ma première essai d’utilisation d’un autocuiseur en Afrique, je voudrais partager comment l’utiliser et comment cela fonctionne, en intégrant également le contexte de pourquoi et comment je l’ai acheté ainsi qu’apprentissage de lui-même.

Le contexte

Besoin = Natto

Pourquoi voulais-je acheter un autocuiseur même s’il est plus cher et plus lourd qu’un pot normal, en particulier en Afrique (Mauritanie)?

Alors, cela est dû principalement à la fabrication de Natto en Afrique (pour plus de détails, voir Arigato NattoーComment faire Natto à la maison en Afrique). Vu que c’était la première fois et que j’avais beaucoup d’adrénaline, je n’ai pas eu de mal à consacrer mes 8 heures cuisinant les soyas, mais si je veux continuer à le faire (et bien sûr, c’est le cas), cela n’est pas soutenable en raison du temps et de l’économie (nous utilisons une pompe gaz pour le feu de la cuisine). J’étais donc très intéressé par l’utilisation d’un autocuiseur qui permet d’économiser 8 fois de temps et d’argent.

L’importance de savoir ce dont vous avez besoin

Si vous savez déjà ce dont vous voulez, il est plus facile de trouver, même dans un supermarché  ou un marché aux puces. Et c’est vrai, car une semaine après avoir fait Natto à la maison, j’ai trouvé un autocuiseur au supermarché en Mauritanie!  Comme je suis souvent y allé, j’ai eu le sentiment d’avoir trouvé un trésor. En fait, cela s’applique à la vie aussi:

Si vous savez ce dont vous avez besoin vous êtes plus susceptible de l’obtenir (MD NO SUSUME)

Supermarché de Mauritanie

En regardant autour de moi, j’ai remarqué qu’une ligne entière du supermarché était remplie d’autocuiseurs. En termes de tailles, il existe de nombreuses variétés de 《que petite!》à 《si grand!?》Et les prix varient aussi. Mon objectif étant la fabrication du Natto, j’ai choisi un petit modèle (5 litres). Le prix dit
“1500 MRU (42 USD)”.

Pendant que je réfléchissais, j’en ai trouvé un autre de la même taille qui disait
“700 MRU (19 USD)”

En les comparant, je ne pouvais pas faire la différence, alors j’ai demandé à l’employé, qui m’a dit

“Je ne sais pas.”

Et en voyant les instructions dans les 2 pots, je me suis rendu compte qu’ils appartenaient à d’autres marques (*même s’il ne disait aucune marque, la façon de les décrire était différente), et celle qui coûtait plus du double était avec une boîte. Apparemment, la seule différence était que l’un avait une boîte et l’autre pas, alors j’ai demandé à nouveau à l’employé, qui m’a dit:

“Bien sûr, s’il y a une boîte, c’est plus cher.”

Cela ne m’a pas surpris du tout, je veux dire, la qualité du service (c’est très normal ici) …

En tout cas, j’ai décidé d’acheter celui de moins cher. Comme de référence, avec 700 MRU (il s’appelle Ouguiya, prononcé “Uguia”), deux personnes peuvent dîner dans un restaurant pour étrangers, ce qui n’est donc pas très bon marché non plus. C’est pourquoi que j’ai pensé que sa qualité n’était pas si mauvaise.

L’autocuiseur (5L) que j’ai acheté en Mauritanie (sans marque)

Comment utiliser un autocuiseur

En arrivant à la maison et lisent les instructions (qui étaient trop courtes), je ne pouvais pas comprendre grand-chose ni chercher le détail spécifique en ligne car il n’y avait aucune marque. Par conséquent, j’ai décidé de rechercher l’utilisation générale avec d’autres marques.  Et j’ai été surpris par tant de diversité de marques et fonctions (jusqu’à ajuste de la pression et au verrouillage automatique). Bien que l’évolution des produis soit trop rapide, bien sûr, l’autocuiseur que j’ai acheté cette fois-ci n’avait pas de fonction sophistiquée.

Donc, pour résumer l’utilisation y les précautions générales de l’autocuiseur:

  1. Vérifier s’il y a les pièces nécessaires
  2. Assurez-vous que la caoutchouc reliant la fermeture n’est pas cassé
  3. Pour l’utiliser, mettre les ingrédients avec l’eau et cuire à feu vif. Il faut un peu plus de temps que la casserole normale pour bouillir (dû au point d’ébullition, sur laquelle j’expliquerai plus tard). Aussi, il ne faut pas mettre trop d’eau (moins des deux tiers).
  4. Quand il commence à bouillir, il fera ce bruit familier 《Shu shuuu》et il faut baisser le feu. On doit compter le temps de pression avec alarme à partir de ce moment, et le temps dépend beaucoup des ingrédients et du type de l’aliment (par exemple, le soja est retardé de 30 minutes).
  5. À la fin de la phase de pression, éteignez le feu et diminuez la pression en attendant que vous ayez une pression nulle ou relevez le bouton qui sonne “Shu shuuu” (mais faites attention car la vapeur qui sort est très chaude).

Comme fonctionne un autocuiseur

La olla a presión es útil para cocinar algo que dura más de una hora con olla normal. Puedes ahorrar tiempo y dinero hasta 8 – 16 veces.

¿Por qué esta olla lo hace más rápido? En pocas palabras, la presión cambia el punto de ebullición.

Como una imagen muestra más que 1,000 palabras, empezamos con la imagen de abajo.

(1) Chauffage à l’état spécial → (2) la vapeur ne sort pas → (3) la pression augmente → le point d’ébullition augmente (100 ℃ → 120 ℃) ​​→ (4) il se peut cuire à la température et à la hauteur les plus élevées que la normalité (si la pression atteint un certain point, le petit bouton se lève et émet de la vapeur pour le maintenir) → (5) il se peut cuire plus vite

En bref, la pression change le point d’ébullition, et si ce point est plus haut, on peut cuire plus vite.

Dans l’environnement normal (pression 1 dans le tableau), le point d’ébullition est de 100.

Par contre, la pression est basse au sommet de la montagne ou dans l’avion. Par exemple, si vous faites cuire du riz au sommet du mont. Fuji (pression 0.6 y le point d’ebullition est environ 90℃ ), l’eau s’évapore plus rapidement qu’à la température adéquate et se cuit bien.

Et maintenant, dans l’autocuiseur, la pression y le point d’ébullition augment et cuisent plus vite (la pression maximale varie de 1.2 à 2.5)

Même si ce système peut être dangereux et ait été utilisé par des terroristes, si vous l’utilisez correctement et prenez des précautions, il n’y aura pas beaucoup de problème. De toute façon, il faut essayer au moins une fois.

Expérience

Comme mentionné ci-dessus, l’objectif était la fabrication du Natto, j’ai donc cuit les soya (laissés dans l’eau pendant la nuit précédente).  Ayant un petit de doute sur le processus qui prend 8 heures dans une casserole dure que 30 minutes, j’ai commencé mon expérience avec espoir et peur:

Mettre le feu →1 min plus tard, rien ne s’est passé

5 minutes, encore rien

10 minutes. Il commence à sonner 《Shu Shu Shu Shuuuuuuu!》. Cela signifie qu’il commence à ajouter la pression.

Et tout à coup, en revanche, l’eau a commencé à tomber d’autocuiseur.

Je ne comprenais pas ce qui se passait et tentai de le couvrir plus fermement en vissant le couvercle (avec beaucoup de peur). Il semble que cela a fonctionné un peu, mais l’eau a continué à sortir. J’ai donc décidé d’éteindre le feu pour voir ce qui se passait (avec beaucoup plus de peur comme dans l’image ci-dessous)

En ouvrant l’autocuiseur, j’ai découvert que la peau de soja était entre le couvercle et le pot, ce qui avait fait une sortie d’eau.

Après le nettoyage, j’ai réessayé. Et voila¡ Cette fois-ci, l’eau n’est pas sorti, donc

Succès!

Tout au long du processus cette fois-ci, il y avait leçon de vie: préoccupation et risque →recherche et expérience →échec et essai →succès.

Avec l’évolution de la technologie, il est toujours difficile d’avoir une expérience inconnue et il existe un certain niveau de risque (dans ce cas, une explosion et/ou damage physique) Il faut donc chercher des information pour atténuer les risques et prendre des mesures. Si cela no fonctionne pas bien, il faut analyser et essayer à nouveau.

Dans cette même veine, de nombreuses personnes s’inquiètent de l’intelligence artificielle et conduit des voitures sans personnes, mais c’était peut-être pareil à l’époque où l’autocuiseur est sorti sur le marché pour la première fois.

Alors, c’était une petite histoire et l’analyses autour d’autocuiseur. Dans la prochaine entrée, j’écrirai une suite de la fabrication de Natto avec l’autocuiseur.

L’apprentissage de cette fois-ci 

L’autocuiseur m’a appris que si vous êtes au courant de ce que vous voulez, il est plus probable de le trouver, et que faire quelque chose  de nouveau a toujours de l’inquiétude et des risques, mais à travers une recherche et une action, un échec et un essai, on peut le réaliser. 

Merci d’avoir lu cet blog. Si vous l’aimez, n’oubliez pas de souscrire. Si vous avez quelque commentaire ou question, n’hésitez pas à écrire. Bon apprentissage!

—————————-

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.