Mauritanie 5ー3 apprentissages de la première pluie

English, Español, Français, 日本語

Vous savez qu’est-ce que ça veut dire le 29 juillet?

D’après le événement d’aujourd’hui (anglais),

1221: L’empereur japonais Go-Horikawa, âgé de 10 ans seulement, monte sur le trône.
1836: L’inauguration de  l’Arc de Triomphe à Paris
1921: Adolf Hitler devient chef du Parti ouvrier national-socialiste allemand
1923: Albert Einstein a pris parole sur la pacifisme à Berlin
2018: Un séisme de magnitude 6,4 touche l’île de Lombok, en Indonésie

En Bref, chaque année quelque chose se passe dans le même jour, et même si j’ai choisi certains événements qui ont attiré mon attention, ceux-ci n’ont pas de signification directe pour moi.

Ce qui a du sense pour moi, c’est le 29 juillet 2018, le jours où j’ai vu la pluie pour la première fois en Mauritanie. A cette époque, nous étions en saison de pluies pendant depuis plus d’un mois sans goutte d’eau. Vous pourriez penser que ce n’est pas grande chose du tout, mais ce qui compte, c’est le sense qui apporte à la vie de chacun d’entre nous, selon le contexte, ce qui je voudrais partager, car certains apprentissages peuvent être applicables à d’autres contextes (au moins, je l’espère).

C’était un beau vendredi après-midi après avoir quitté mon travail. Quand j’étais en train de écrire à la maison, j’ai entendu quelque chose.

Da Da!

Sans faire beaucoup d’attention, j’ai continué à écrire …

Da Da! Da Da! dadadadadadada!

C’est quoi, cet bruit de la fenêtre?

En ouvrant le rideau, je n’ai pas pu m’empêcher de crier. “OHHH, il pleut !!”

Après l’avoir regardée pendant 3 minutes, cela m’a fait réfléchir et est je me demandais sur les 3 choses / apprentissages suivants, ce qui peuvent être applicable à d’autres situations.

Nous avons envie de quelque choses qu’on n’a pas peu importe le besoin

Simplement parce que nous n’avions pas de pluie, j’en avais envie, alors que dans certains pays comme le Japon où il y avait d’ouragan / typhon, la pluie était la dernière chose qu’ils souhaitaient voir à ce moment-là. Cela m’a rappelé le fait que nous avons la tendance à vouloir quelque chose que nous n’avons pas, que ce soit vraiment nécessaire ou non. La pluie en Mauritanie elle même n’a rien changé dans ma vie, mais je voulais juste la voir. Ce que j’ai pu apprendre, c’est que lorsque nous voulons quelque chose, nous devons très bien analyser si c’est nécessaire ou simplement parce que nous ne l’avons pas.

Lorsque nous arrivons à quelque chose d’inhabituel, cela nous inspire, ce qui est applicable pour la présentation et le spectacle

S’il pleuvait constamment, il n’avait pas attiré mon attention. Cela m’a également rappelé la clé de la présentation et de la performance: pour attirer l’attention du public, on doit montrer le point essentiel au bon moment, alors que si nous en donnions trop, le public s’ennuierait ou se perdrait. Dans le spectacle de danse, par exemple, si vous mettez trop de mouvement acrobatiques, le public s’y habituera, alors que si vous ne montrez qu’une ou deux fois au bon moment, il devient un spectacle inoubliable pour le public.

L’appréciation est un choix que tout le monde a

Comme mentionné précédemment, la pluie en Mauritanie m’a rappelé le fait que le Japon souffrait des inondations et du typhon à ce moment-là. Cela m’a fait penser qu’on a tendance à prendre pour acquis la vérité que notre vie et nos jours sont donnés par Mère Nature, donc nous devrions vivre pleinement la vie.

Dans le même sens , si nous continuons à penser que tout ce que nous avons maintenant est donné et limité, on peut garder le sens de l’appréciation tout le temps (au moins on peut l’essayer n’est-ce pas?).

En fait, je dirais que peu de gens (ou personne) s’inquiètent de la pluie en Mauritanie au niveau mondial (ou que les gens ne savent même pas où se trouve la Mauritanie). Mais ce que nous avons en commun dans tous les pays, c’est que nous vivons dans la souffrance tout le temps, et que l’appréciation pourra l’atténuer. Un changement d’état d’esprit avec de toutes petites choses donc peut enrichir nos vies. Il peut s’agir d’une feuille verte que vous venez de trouver, d’un oiseau qui vole haut dans le ciel et / ou d’un insecte qui fait un bruit amusant. Les changements sont partout et c’est un choix que nous avons tous fait: si nous restons à l’écoute, nous pouvons le sentir.

L’apprentissage de cette fois-ci 

J’ai appris que  le petite choses comme la première pluie en Mauritanie peut nous rappeler 3 leçons essentielles pour vivre pleinement la vie: les besoins, le bon moment et l’appréciation.

Merci d’avoir lu cet blog. Si vous l’aimez, n’oubliez pas de souscrire. Si vous avez quelque commentaire ou question, n’hésitez pas à écrire. Bon apprentissage!

—————————-

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.